Image avec Objectifs écrit en grand

C’est dit, c’est une directive qui vient d’en haut : “ne donnez pas trop d’objectifs (pas plus de 3) et soyez SMART !”

Chaque année c’est la même chose : il faut réécrire sa feuille de route, rédiger les objectifs de chacun et prendre le temps de les expliquer et de les valider. Bon nombre de managers, bien que formés à la démarche, se retrouvent souvent devant un exercice difficile. Celui de fixer des objectifs réalistes, motivants, compris, acceptés.

Certains nous diront :

« Tous les ans c’est à refaire et je déteste cette période ».

« Je vais y passer encore des heures et ils vont discuter ».

« Un bon copier-coller et ça passe ».

La feuille de route au cœur de l’engagement

Et pourtant il n’est pas si difficile de se rendre compte de la différence de motivation entre une personne qui croit en sa feuille de route et une personne qui se sent lésée dès le départ. L’exercice n’est jamais aisé pour un manager comme pour un collaborateur. Certaines méthodes permettent d’aider le manager dans cette démarche.

Avoir une feuille de route compréhensible

L’entreprise qui sait définir son ambition et s’y tenir donnera le début des clés de la performance.

L’ambition doit être comprise de tous, simple à lire et comme le dit son mot « ambitieuse » sans être irréaliste.

C’est le moteur de construction des feuilles de routes qui en découlent. Essayez de nettoyer un escalier en commençant par le bas et vous comprendrez.

Savoir rédiger et expliquer sa feuille de route devient essentiel dans la motivation de son équipe. Un manager doit être en mesure d’expliquer le projet qu’il a pour son équipe et pour cela doit être également en mesure de répondre à 3 questions : 

  • Ou allons-nous ? qu’aurons-nous accompli dans 6 mois, dans 1 an ?
  • Pourquoi ? pour quelle ambition, quelle réussite, quelle évolution, quelle amélioration ?
  • Pourquoi allons-nous réussir ? 

Ces trois questions sont riches de sens et permettent de commencer à entamer une réflexion sur les objectifs de ses collaborateurs.

Définir des objectifs

La collaboration démarre ici : pour qu’un objectif soit bon il faut nécessairement qu’il soit compris et aussi qu’il soit acquis. Entamer la discussion avec son collaborateur peut être source d’étonnement et d’enrichissement pour ceux qui ne le font pas déjà.

3 questions simples peuvent engager le dialogue et co-construire les objectifs :

  • Quelle peut être ta contribution sur la feuille de route présentée ?
  • Quel niveau d’atteinte peut-on envisager ?
  • Comment maximiser notre ambition ? avec quels moyens ?

La méthode OGSM pour définir ses objectifs

La méthode OGSM peut aider une entreprise à clarifier une feuille de route et développer l’engagement des collaborateurs et les contributions.

La méthode OGSM a été inventée dans les années 50. Au sortir de la guerre, le Japon souhaitait devenir un acteur majeur de la production automobile. Mais le pays n’était pas adapté et c’est toute l’économie qu’il fallait repenser. Ecoles, formations, méthodes de production, communication etc. 

En 2021 le Japon est le premier constructeur mondial d’automobile avec plus de 25 millions de véhicules produits et avec le niveau de qualité que nous connaissons. Cet exemple nous démontre à quel point réussir le cascading et aligner tout le monde sur une ambition partagée peut être source de succès.

De nombreuses sociétés ont emboîté le pas et adopté cette méthode pour assurer leur pérennité (L’Oréal, Coca Cola, Philip Morris, Dunlop, Essity…). Dernièrement un de nos clients qui a déployé la méthode m’a ainsi répondu :

« C’est la première fois que je vois mes managers aussi motivés à l’idée de réaliser cet exercice ».

Nous avons développé VISULT pour permettre à un grand nombre d’employés de mieux comprendre leur feuille de route, celle de leur manager et celle de l’entreprise. Pour s’engager et contribuer avec fierté au projet de l’entreprise.